Travaux dans l'ancien : Les bonnes affaires

travaux dans l'ancien : les bonnes affaires

Selon que vous êtes personne physique ou morale, SCI, SARL de famille ou en démembrement, et en fonction de la nature des travaux à entreprendre, vous pourrez déduire le montant de ces derniers de vos revenus fonciers, voire de vos revenus globaux s’ils ont lieu dans un monument historique inscrit ou classé sans plafonnement, ou encore les amortir.
De plus, dans du locatif, vous déduirez la totalité des intérêts d’emprunt. Un montage en crédit in fine au taux de 3,8 % sur 20 ans ne coûte que 2,24 % après imposition sur le revenu à 41 % et permet de faire fructifier son épargne au lieu de la dépenser.
Nouveauté pour les grosses réparations au sens des articles 605 et 606 du code civil. Elles pouvaient être à charge du preneur à bail ou du nu-propriétaire et ce devait être contractuel pour ne pas avoir de surprise, ce qui est toujours le cas si un bail commercial a été conclu ou renouvelé avant le 5 novembre 2014.
À la suite de la parution du décret d’application de la loi Alur, la prise en charge de l’article 606 concerne désormais le propriétaire.

Excellente affaire pour qui achève ses travaux avant le 31 décembre de la seconde année qui suit l’acquisition du logement et destine son bien à la location.
Si votre logement ne présente ni les caractéristiques de décence définies par la loi du 6 juillet 1989 ni les performances techniques selon la loi du 23 décembre 1986 et que les travaux que vous effectuez permettent de les satisfaire, alors que vous bénéficiez du dispositif Pinel ancien : la réduction d’impôt est fonction du total de l’acquisition et des travaux.

Par Sophie de Brosses