Investir dans le neuf : Nouveau PTZ, mode d'emploi

investir dans le neuf : PTZ

Le 9 novembre, Sylvia Pinel, la ministre du Logement, a annoncé l’élargissement du champ du prêt à taux zéro (PTZ) à compter du 1er janvier 2016, afin qu’il bénéficie à davantage de primo-accédants, ce qui aura un impact positif immédiat sur les secteurs du bâtiment et de l’emploi.

Quels sont les atouts majeurs de ce PTZ ?

Tout d’abord, l’incitation à l’achat de la résidence principale est renforcée, grâce à l’augmentation des plafonds de revenus.
Ensuite, le PTZ pourra financer 40 % de l’achat d’un logement neuf (contre 18 à 26 % aujourd’hui selon les secteurs) et est étendu à l’ancien si les travaux représentent 25 % du prix d’achat, et ce, surtout le territoire, alors que cette possibilité est réservée à 6 000 communes actuellement.
Enfin, le différé de remboursement augmentant de 5 à 15 ans contre 14 au maximum aujourd’hui et l’extension de la durée du prêt sur 20 ans entraînent la baisse du montant des mensualités.

Concrètement, que faire ?

Comparer le revenu fiscal de référence des emprunteurs sur leur avis d’imposition de l’année n—2 et le coût total de l’opération divisé par 9. Le montant le plus élevé des deux est retenu pour le plafond du PTZ (37 000 euros pour un célibataire en zone A, par exemple).

Quelles sont les limites de ce dispositif ?

La libération d’un pouvoir d’achat qui sans cela aurait été consacré à un loyer ou à un achat immobilier à taux plein devrait favoriser la consommation.L’ouverture du dispositif aux grandes villes permettra aux jeunes travailleurs de s’y installer enfin, mais une stimulation excessive du marché immobilier ne provoquera-t-elle pas une nouvelle hausse des prix ?

Par Sophie de Brosses.