Heureux qui, comme Ulysse ...

Ulysse

“Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,

Assujetti là bas aux taxes des wallons,

Et qui depuis juillet concernent les actions,

Sur les non-résidents qui vivent chez les belges !

Frappées d’un prélèvement fiscal en pourcentage

de zéro virgule cinq pour cinq cent mille tout rond

Tandis qu’avec l’IFI, nous avons un Macron

Qui rapatrie le riche, avec maints avantages

Plus me plait le retour de la 20-42,

A remplir dès demain sous de nouveaux cieux,

Plus que les briques rouges me plaît l’ardoise fine :

Plus mon manoir gaulois que Milou et Tintin, 

Plus mon grand hexagone que le bel Haversin

Et que l’Outre-Quiévrain ma France d’origine.”

Le 20 octobre 2017, coup de tonnerre du premier ministre belge Charles Michel à Bruxelles : « A compter du 1er janvier 2018, les résidents fiscaux belges détenteurs d’actions, d’obligations ou de parts dans des organismes de placement collectif pour un montant cumulé de 500 000 euros seront assujettis à un prélèvement fiscal annuel de 0,15 % »

Or, en France, L’IFI remplacera bientôt l’ISF pour des biens immobiliers de plus de 1,3 millions d’euros, taxés de 0,5 % à 1.5 % De plus, en Belgique les salaires sont fiscalisés à 50 % dès 36 300 € alors qu’en France les revenus le sont de 45 % au delà de 150 000 €.

Et, si vous êtes domicilié hors de France depuis plus de cinq ans, vous pouvez bénéficier du régime des impatriés fiscaux. Avec une loi TEPA en suspends, vous pourrez toujours effectuer des dons aux œuvres plafonnés à 66 666 €, qui économisent jusqu’à 50 000 € d’impôt. L’herbe n’est-t-elle pas plus verte ici ?