Défiscalisation : Des solutions constructives

défiscalisation : des solutions constructives

L’investisseur dans l’immobilier est confronté à une pression fiscale accrue.

Prenons un exemple : soit un bien de 300 000 euros et un revenu net de 3%, il rapporte 9000 euros par an. Pour un taux marginal d’imposition de 45 %, son revenu net après CSG et CRDS tombe à 3555 euros. Si le propriétaire s’acquitte d’un impôt sur la fortune moyen de 1%, il ne lui reste plus que 555 euros par an. Compte tenu d’une inflation de 0,3 % en 2014 ou de 1,68 % sur dix ans, le rendement net est négatif, avant carence, vacance de locataire ou impayé.

Les solutions constructives sont les suivantes :

  • Tout d’abord, il convient de sortir du régime foncier classique pour adopter celui du bénéfice industriel et commercial chaque fois que possible. Le propriétaire retrouve alors le bénéfice de son investissement et il est donc incité à louer, ce qui est une nécessité dans un marché où la demande est en pleine croissance.
  • Ensuite, le propriétaire pourra utiliser ce pouvoir d’achat retrouvé pour investir dans la loi Pinel, qui comprend trois avantages principaux : une durée souple de 6, 9 ou 12 ans, une réduction d’impôt allant jusqu’à 21 % et la possibilité d’y loger un ascendant ou un descendant.

Comment mettre en place ces solutions ?

Il est indispensable d’utiliser la loi Borloo sur le service à la personne, qui permet de déduire l’assistance à la gestion des finances personnelles, dans la limite de 12 000 euros par an.
Le professionnel doit être habilité à délivrer cette aide déductible, et les reçus fiscaux, ce qui est le cas de La Finance Humaniste.

Par Sophie de Brosses